Ceci est un commentaire parmi les nombreux autres apportés à "ma part de vérité" de Théophile Kouamouo qu'il a publié sur son Blog. Il est signé de Sylvestre Konin. Digne d'un "auto-atalaku" qui est la croisée des chemins entre l'enfantillage, l'orgueil et le mensoge. Je vous invite à le lire et à vous faire un peu une idée du personnage. Il reste égal à lui même.

Sylvestre KONIN, un Ivoirien indigne de ce nom ? Ma part de Vérité !
Chers amis,
Je suis Sylvestre KONIN, le très méconnu Directeur de publication du Courrier d'Abidjan. Celui que les quelques commentaires ci-dessus condamnent très certainement sans attendre même qu'il donne sa part de vérité, surtout dans cet espace-ci quasiment tout acquis au célébrissime Théophile Kouamouo. Il m'arrive de temps en temps de visiter ce site mais jamais je n'avais voulu y donner une opinion malgré l'interet reel que j'avais pour la quasi-totalité des debats ; je voulais laisser à mon partenaire Kouamouo sa part d'intimité. Mais aujourd'hui, j'ai sucombé à la tentation, parce que je suis l'un des personnage principaux des debats. Alors soyez indulgents, permettez-moi juste quelques remarques.
Primo, je voudrai rebondir sur un passage de l'intervention de Gbéhi M. Joseph : "Aucun Ivoirien digne de ce nom ne peut, aujourd'hui, vous traiter d'homme d'intrigues. Nous vous serons toujours reconnaissant". Mon cher Gbéhi, je vous comprends parfaitement, puisque j'ai moi-même été reconnaissant à Théophile Kouamouo pour l'acte fondateur de son mythe (La démission du Monde à un moment critique de notre crise) et le talent (je dirai même le génie) qui transpire de ses ecrits. J'ai aimé Théophile Kouamouo, certainement plus que beaucoup d'entre vous qui lui proclamez votre amour aujourd'hui. Mon devouement à ses côtés a atteind des sommets qui ont même effrayé certains de mes proches. Moi, j'ai même réalisé la promesse que lui fait ci-dessus Laurent LIGUE aujourd'hui : je lui ai apporté sur un plateau d'or et sans condition, mes maigres economies d'ex salarié d'AXA en France (debut de carrière en 1996) et Swiss Re à Abidjan (fin de carrière de salarié dans le privé). Aujourd'hui, Théophile Kouamouo est actionnaire du Courrier d'Abidjan sans y avoir mis un seul sous de ses propres economies ni de sa propre poche, moi si. ALORS CHERS AMIS, AVANT DE ME CONDAMNER, DEMANDEZ-VOUS COMMENT PEUT-ON PASSER D'UN TEL DEVOUEMENT A LA CRISE QUE NOUS TRAVERSONS. Je suis en train de repondre à cette fondamentale question, et le moment venu (c'est-à-dire au plus tard en debut de semaine prochaine), je publierai cette reflexion pour edifier l'ensemble des patriotes Ivoiriens et Africains. Avant de juger quelqu'un, il faut le connaitre ou tout au moins l'ecouter. Je ne suis pas si inconnu que ça sur la scene public (comme le pretend Kouomouo), j'ai deja publié un certains nombre d'ecrits (ex, les monstres ont peur de la lumière, ndy*) qui renseigne un peu sur qui je suis. MERCI POUR VOTRE ATTENTION, ET A TRES BIENTOT.

*Note de Yoroba