kadafiLa visite du Guide de la révolution libyenne en France continuera de faire couler beaucoup d’encres et de faire jaser la gauche. Le Président Français Nicolas Sarkozy lui-même ne pouvait pas présager que cette visite serait autant contestée et que son hôte serait si à son aise.
Dès l’annonce de la visite du dirigeant libyen, qui effectue sa première visite en France depuis ces  dernières années, la France s’est tout de suite félicitée de la "réintégration" de la Libye dans la communauté internationale. Et ce certainement vu les «contrats commerciaux importants»  que la France souhaitait signés à cette occasion, dans «les domaines tels que  l'énergie, le nucléaire, mais aussi l'agriculture, la santé» comme l’a  indiqué le porte-parole de l'Elysée David Martinon, lors d'un  point de presse vendredi dernier. 
Seulement, l'arrivée de Kadhafi a suscité de nombreuses critiques en France pour  la situation des droits de l'Homme en Libye. En effet, dans une interview  publiée lundi au quotidien Parisien/Aujourd'hui en France, la  secrétaire d'Etat française aux Droits de l'Homme, Rama Yade, se  déclare «dérangée» par l'arrivée du dirigeant libyen à Paris un  jour de célébration des droits de l'Homme. A sa suite se sont les dirigeants de la Gauche Française qui se sont dit «outrés» et «choqués», de ce que la France ouvrait ses bras à «un monarque sanguinaire».
Mais Sarkozy est déterminé à achever la signature des contrats acquis (près de 15 milliards de dollars.) – à n’importe quels prix ? Le guide, lui, a obtenu le droit de dire ce qu’il pense, là où il le souhaite et comme il l’entend. En tout cas, c’est ce qu’a fait le dirigeant libyen en se rendant au parlement français mardi.
Cette visite du président libyen Mouammar Kadhafi au Parlement a été boycottée par les élus de l'opposition, socialistes et verts. En France, les députés de l'opposition, aussi bien les socialistes que les verts, ont quitté leurs sièges à l'Assemblée nationale en signe de protestation contre la visite du président libyen Mouammar Kadhafi au Parlement mardi. Même certains députés de la majorité de droite ont quitté les lieux en signe de protestation.
Le député socialiste Pierre Moscovici a critiqué la venue d'un «dictateur» dans le «temple de la démocratie». (L’assemblée nationale de France, ndy).
Kadhafi lui, a même osé  faire mentir le Président français dans un entretien à la chaîne de télévision France 2, au sujet de la question des droits de l'homme qu’il aurait évoquée avec le président français Nicolas Sarkozy. Pour le guide Libyen jamais «la question des droits de l'homme» n’a été «évoqué avec le président français Nicolas Sarkozy». Pourtant, interrogé sur le fait que M. Sarkozy avait indiqué qu'il avait demandé au dirigeant libyen de «progresser sur le sujet des droits de l'homme», celui-ci a répondu : «Tout d'abord nous n'avons pas évoqué moi et le président Sarkozy ces sujets». «Nous sommes des amis assez proches, nous coopérons», a-t-il ajouté.
Pis, Kadhafi s’est même permit de faire une «leçon de d’immigration» à  la France.
Au cours d’une soirée organisée à l’Unesco pour les Africains de Paris, Mouammar Kadhafi s’en est pris aux gouvernements européens, leur reprochant de maltraiter les immigrés. Le guide libyen s'est interrogé sur les raisons pour lesquelles des immigrés expriment leur mécontentement par la violence, les incendies. Et a mit en cause cet Occident qui, selon lui, donne des leçons sans respecter les droits des Africains sur son territoire.
«Sont-ils privés de certains droits qui ne seraient pas respectés, souffrent-ils de certaines injustices ? Nous sommes dans un pays, la France, qui parle de droits de l'Homme et toute l'Europe fait de la surenchère. Si dans ces pays étrangers, l'immigré africain est opprimé, comment ces pays peuvent-ils venir faire de la surenchère et nous interpeller sur les droits de l'Homme dans nos pays ?».
Apparemment les contrats signés entre la Libye et la France ont dus être très juteux – pour la France – (
http://www.lefigaro.fr/international/2007/12/10/01003-20071210ARTFIG00380-kadhafi-des-contrats-darmement-en-jeu.php ) pour que le guide libyen installe sa tente pendant cinq jours à paris et se promène dans tous les sens en marchant sur des tapis rouge et en criant partout ce qu’il pense.